127ème semaine de Sarkofrance : le malaise moral de Nicolas Sarkozy


Nicolas Sarkozy pourrait ne pas s'inquiéter. Il n'y aurait aucune menace à craindre du côté de l'opposition, durablement affaiblie. Son vizir Claude Guéant vient même de lancer sa campagne de réélection pour 2012, dans les colonnes du Figaro.

Mais Sarkozy aurait tort de ne s'inquiéter. Le malaise moral grandit en Sarkofrance: pantouflage de ses proches ou nomination du fils Sarkozy à la tête de l'EPAD, affaire Clearstream ou Karachigate, affaire Mitterrand et soupçons racistes contre Hortefeux , la déconfiture éthique paraît incroyable.

Fiscalité: la droite injuste et incompétente
L'examen du projet de loi de finances pour 2010 aurait dû occuper l'espace médiatique cette semaine. Certains mythes fiscaux s'effondrent: les prévisions de retour à l'équilibre budgétaire (dans 5 ou 10 ans !) reposent sur une hypothèse de croissance économique que la France a rarement connu depuis 10 ans. Les efforts de fiscalité verte se chiffrent à moins de 0,1% des recettes de l'Etat. La taxe carbone ne sera pas compensée à l'euro près aux ménages concernés, puisque Bercy a choisi un remboursement forfaitaire indépendant des consommations d'énergies fossiles réelles de chacun ET du revenu des ménages. A étudier le projet de budget et les rapports d'analyse publiés ces derniers jours, on mesure également combien Nicolas Sarkozy a creusé les déficits par de multiples exonérations fiscales inefficaces, nocives et injustes : aux 6 milliards d'euros du paquet fiscal de 2007, de nouvelles exonérations seront lourdes à digérer l'an prochain, comme la réduction de TVA pour la restauration (3 milliards d'euros), le crédit d'impôt développement durable pour les travaux d'isolation (2,6 milliards d'euros), ou le remboursement à 75% de la taxe carbone aux agriculteurs et aux pêcheurs (126 millions d'euros).
Eric Woerth et Christine Lagarde s'abritent derrière deux diversions : la lutte contre la fraude fiscale, qui se limite à une liste minable de 3000 évadés pour 3 milliards d'euros; et le plafonnement partiel des niches fiscales. Or les rares plafonnements et/ou suppressions adoptés ont un impact à peine visible dans les comptes 2010 : 22 petits millions d'euros pour le plafonnement global des réductions d'impôt à 25 000 euros par ménage plus 10% du revenu imposable; 11 millions d'euros pour la suppression du dispositif Malraux pour les dépenses de rénovation; et 110 millions d'euros en 2010 pour l'injuste plafonnement de la demi-part supplémentaire au titre des parents isolés qui affectera 4,4 millions de familles.

En Lorraine, Sarkozy se cache
Jeudi, le Monarque s'est déplacé en Lorraine. Son parcours évitait soigneusement les stèles érigées ces derniers mois, comme à Gandrange, en l'honneur de ses "promesses non tenues". En mars 2007, il avait déclamé l'un de ses discours "fondateurs" sur la classe ouvrière. En février 2008, quelques mois après son élection, il était retourné à Gandrange, s'était permis d'ironiser sur sa lune de miel avec Carla Bruni qu'il venait d'épouser. Le site d'Arcelor-Mittal allait fermer mais le Monarque avait promis: «Je ne vous laisserai pas tomber», « Je reviendrai dans l’usine pour annoncer la solution qu’on aura trouvée ». Chacun connaît la suite. L'usine fut fermée, et le Monarque ne remit jamais les pieds à Gandrange.

Jeudi, Sarkozy est allé à Hambach, en Moselle. Son discours ne prend plus: "Moi j'aime bien les usines. Moi je veux rencontrer des vraies gens, aller dans les usines, expliquer ce qu'on est en train de faire". Des vraies gens ? A chaque déplacement, Sarkozy ne rencontre qu'une assistance triée, filtrée, choisie. Pire, on a appris cette semaine que l'Elysée est capable d'inventer des congrès de PME pour que le Monarque puisse déclamer sa bonne parole : lundi dernier, Sarkozy prononçait un discours "à l’occasion du forum des chefs d'entreprises organisé au Palais des Congrès de Paris sur le thème "agir pour le développement des entreprises", comme on pouvait le lire dans l'agenda officiel du président. ... Mais ce "Forum" n'était qu'une pure invention élyséenne, organisée pour 80 000 euros (dont la moitié pour réserver le Palais des Congrès à Paris).

Frédéric Mitterrand est encore ministre.
Marine Le Pen a sonné la charge, et voici une affaire, l'emprisonnement de Polanski, chassée par une autre, des écrits passés de l'actuel ministre de la Culture témoignant d'une expérience personnelle de tourisme sexuel. Après la blague raciste de Brice Hortefeux, voici les frasques passées, "honteuses" selon Mitterrand lui-même, d'un futur ministre de la Culture. Débordé, le ministre s'est justifié avec émotion et maladresse jeudi soir devant 8 millions de Français, sans doute hallucinés par tant de contradictions et de légèreté de la part d'un représentant de la République. Frédéric Mitterrand a livré sa vérité, c'est son affaire. L'important est ailleurs : Sarkozy le soutient et ne le "démissionne" pas. Sarkozy assume un ministre qui considère comme banal d'avoir recours à la prostitution et au tourisme sexuel.

Un autre homme, fidèle de Sarkozy, pourrait prendre le relais médiatique: Eric Besson doit affronter son passé de mari volage. Son ancienne épouse confie 30 années de tromperies.

En quelques jours, la stratégie d'ouverture de Nicolas Sarkozy a explosé en vol. Comment réagira l'électorat, à droite comme à gauche, quand viendra le moment du vote ? Dans les bureaux des ministères de Sarkofrance, la débauche et l'écart sont donc "normaux". Autant être prévenu. Sarkozy défend ses ministres. A-t-il le choix ? Oui, mais il choisit la mauvaise voie. La morale chez lui n'obéit pas à la même éthique que chez le commun des électeurs. Lui qui donne des leçons à tout va fait preuve d'une complaisance hors normes quand il s'agit des siens, de son clan, de ses fidèles. Sarkozy est ce candidat devenu président qui fustigeait les fraudeurs à la Sécu et instaurait les peines planchers pour les délinquants fussent-ils petits.

A Paris, les affaires nauséabondes
Le procès de l'affaire Clearstream suit son cours. Les proches du chef de l'Etat encouragent la presse à souligner combien la défense de Dominique de Villepin est fragile. Le témoignage de l'espion Rondot aurait porté atteinte à la crédibilité de l'ancien premier ministre. L'opinion s'en fiche. On sait bien que Villepin savait que ces listings trafiqués pouvaient faire du mal à Sarkozy. Mais on sait désormais que Sarkozy a instrumentalisé cette affaire: il a surjoué son rôle de victime. Ses proches fréquentaient assidument l'improbable Imad Lahoud, auteur de la tricherie. Au passage, Jean-Pierre Raffarin a pris un coup. Premier ministre au moment des faits, Raffarin a expliqué que personne ne l'avait tenu au courant. En l'espace d'un témoignage, Raffarin est devenu le benêt de l'affaire.
Le procès n'a pu occulter de nouvelles révélations sur les soupçons de corruption lors des ventes d'armement à Taïwan et au Pakistan. L'hebdomadaire Bakchich a publié quelques extraits de notes, contestées par le Police Judiciaire, de l'ancien directeur financier des Constructions Navales. Et l'on apprend que même Claude Guéant s'est inquiété, l'an dernier, de ces fameux cahiers qui incriminent une bonne frange du personnel politique, dont Edouard Balladur.

Dans les Hauts-de-Seine, Sarkozy place son fils
La prochaine nomination de Jean Sarkozy à la tête de l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense fut une nouvelle trop peu commentée. Jean Sarkozy a 23 ans. Son seul diplôme est son patronyme. Sa seule expérience, le piston de son père. Elu cantonal à Neuilly-sur-Seine, il a été désigné à la présidence du groupe UMP au Conseil général des Hauts de Seine, en attendant celle du département lui-même (en 2011). A l'EPAD, Patrick Devedjian est atteint par la limite d'âge. Et le vice-président de l'établissement vient "miraculeusement" de se désister de la succession. La voie est libre pour Jean Sarkozy. La Défense est l'une des zones d'affaires les plus riches d'Ile de France, dont l'EPAD gère l'aménagement. D'immenses et juteux contrats immobiliers y sont et y seront conclus. En 2008, l'EPAD a dégagé 350 millions d'euros de bénéfices, pour un chiffre d'affaires d'un milliard, grâce à la commercialisation de bureaux. Dans quelques mois, l'EPAD va élargir son périmètre à la réserve foncière voisine de Nanterre. Sarkozy père vient de lancer l'aménagement du "Grand Paris", un monstre territorial digne héritier du jacobinisme centralisateur, où le quartier de la Défense tient une place stratégique centrale. Interrogé sur France Inter, le Prince Jean s'est justifié: "Je demande à être jugé non pas sur l'état civil mais sur les actes et sur les résultats". Justement.

Que le Monarque fasse preuve d'un tel népotisme ne choque plus grand monde. La "République irréprochable", promesse d'un jour d'un candidat, est oubliée, bafouée, humiliée.

Vendredi, un porte-parole de l'UMP a eu l'indécence de critiquer la commission Nobel d'avoir préférer attribuer son prix de la Paix 2009 à Barack Obama plutôt qu'à Nicolas Sarkozy. Elle est comme ça, la Sarkofrance. Les zélotes du Monarque ne réalisent plus la portée de leur propos. Nicolas 1er, Sarkozy-le-Grand, est la seule lumière qui compte.

Ils devraient lire l'ouvrage de Max Gallo, deux tomes sur la Révolution Française.

A la fin, le Monarque en perdit la tête.

11 commentaires:

  1. Certains s'offusquent que la gauche défende la morale... c'est quelque chose que je ne comprends pas. La morale c'est une valeur de droite ? La preuve que non. Bravo pour ton billet !

    RépondreSupprimer
  2. mais que Besson ait trompé sa femme on s'en fout,

    RépondreSupprimer
  3. @Olympe : oui, on savait déjà que c'était un traître. Ce qui est étonnant c'est que des femmes se laissent séduire par ce personnage... Enfin, cela ne regarde qu'elles.

    RépondreSupprimer
  4. oui, ils font ce qu'ils veulent , sinon on va finir comme les américains avec Clinton.
    ce n'est pas à mettre au même niveau que la fréquentation des bordels de Bangkok et de jeunes éphèbes dont on ne connait pas l'age et qui ne sont consentants que par obligation

    RépondreSupprimer
  5. C'est une atmosphère de fin de règne.

    Comment va finir ce règne ?

    Relisons l'histoire de France.

    Nous savons comment finissent les empires, comment finissent les monarchies, comment finissent les républiques.

    Nous savons comment finissent les puissants qui se croient tout permis : à la lanterne.

    Nous savons comment ont fini le roi, le reine, ...

    Le Dauphin mourra en prison, comme Louis XVII.

    RépondreSupprimer
  6. Ce règne va finir en pantalonnade...

    RépondreSupprimer
  7. Encore une bien pitoyable semaine en Sarkofrance. Marianne continue de pleurer. Elle a honte!

    RépondreSupprimer
  8. Peut il vraiment ressentir un malaise moral ? Je t'avoue que j'en doute. Je ne pense pas que cette notion intervienne en tant que telle. Elle n'est vue que d'un point de vue électoral.

    RépondreSupprimer
  9. Les tartuffes.

    http://www.francesoir.fr/politique/2009/10/10/francois-fillon-pape.html

    RépondreSupprimer
  10. Nous conjurerons le pire en remettant de la morale dans la politique. Oui, de la morale. Le mot « morale » ne me fait pas peur. La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler. C’était un mot qui avait disparu du vocabulaire politique. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au cœur d’une campagne présidentielle.

    Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître, qu’il ne fallait pas mettre de note pour ne pas traumatiser les mauvais élèves, qu’il ne fallait pas de classement.

    Ils avaient cherché à faire croire que la victime comptait moins que le délinquant.

    Ils avaient cherché à faire croire qu’il ne pouvait exister aucune hiérarchie de valeurs.

    Ils avaient proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, que la politesse c’était fini, que le respect c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit.

    Souvenez-vous du slogan de mai 68 sur les murs de la Sorbonne : « Vivre sans contrainte et jouir sans entrave. »

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé l’école de Jules Ferry qui était une école de l’excellence, une école du mérite, une école du respect, une école du civisme, une école qui voulait aider les enfants à devenir des adultes et non à rester de grands enfants, une école qui voulait instruire et non infantiliser, parce qu’elle avait été construite par de grands républicains qui avaient la conviction que l’ignorant n’est pas libre.

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé une école qui transmettait une culture commune et une morale partagée grâce auxquelles tous les Français pouvaient se parler, se comprendre, vivre ensemble.

    Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique.

    Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portés par les valeurs de mai 68.

    Voyez comment la contestation de tous les repères éthiques, de toutes les valeurs morales a contribué à affaiblir la morale du capitalisme, comment elle a préparé le terrain au capitalisme sans scrupule et sans éthique des parachutes en or, des retraites chapeaux et des patrons voyous, comment elle a préparé le triomphe du prédateur sur l’entrepreneur, du spéculateur sur le travailleur.

    Voyez comment les héritiers de mai 68 ont abaissé le niveau moral de la politique.

    Nicolas Sarkozy, discours de Bercy, 29 avril 2007.

    http://www.u-m-p.org/site/index.php/s_informer/discours/nicolas_sarkozy_a_bercy

    RépondreSupprimer
  11. Tout compte fait,
    je me demande si je ne vais pas porter plainte contre Eric Woerth, le ministre du Budget.


    Pourquoi ?




    Voici un homme qui explique tout fiérot dans le Journal du dimanche qu'il possède les noms des 3 000 contribuables détenteurs d'un compte en Suisse (environ 3 milliards d'euros), la plupart pour échapper à l'impôt en France, et qui refuse de les dénoncer. Un mauvais citoyen que cet Eric Woerth, doublé d'un bien piètre politique !

    Je demande l'avis des avocats.

    N'y a-t-il pas dans le Code pénal quelque chose qui s'applique à ce cas ?
    Non-dénonciation d'actes frauduleux, ça n'existe pas ?
    Verra-t-on Eric Woerth en garde à vue pour expliquer ce qu'il sait ?

    Bien sûr, Eric Woerth cherche en même temps à jouer les gros bras. Les voleurs ont jusqu'au 31 décembre pour régulariser leur situation, nous dit-il.

    Curieuse mise en garde !
    Vous imaginez-vous le préfet expliquer dans le Journal de La Provence qu'il a une liste de 3 000 voleurs et qu'il attend des intéressés qu'ils rendent leur butin. Ce serait cocasse, non ?
    Ferait rire dans les quartiers !

    Alors, comment se fait-il que l'exemple d'Eric Woerth ne nous fasse pas rire ?
    Pourquoi traite-t-on différemment les voleurs de gros sous et les voleurs de figues ?
    J'ai bien ma petite idée, remarquez !
    Quelqu'un qui vole le fisc, et donc l'État, ne sort pas de rien. Il a forcément fréquenté les mêmes écoles que ceux qui font les lois, que les ministres aussi.

    Chez ces gens-là, surtout à droite, voler le fisc c'est presque un sport de gentleman. Les copains de Nicolas Sarkozy (Johnny, Polnareff, etc.) ne sont-ils pas des fraudeurs de fisc invétérés ?
    N'est-il pas de bon ton, dans certains milieux, de trouver que les impôts c'est de la truanderie ?

    Voler le fisc, chez ces gens-là,
    c'est faire son Robin des Bois. Un Robin à l'envers qui vole aux pauvres pour donner aux riches !
    Une autre idée me traverse soudain l'esprit.

    Parmi les 3000 voleurs du fisc, n'y aurait-il pas des politiques ?



    http://lavenircestmaintenant.skyrock.com/1.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

PARCE QU'IL FAUT EN RIRE